L’aviation sera sauvée par ses valeurs originelles

L'aviation a, depuis ses origines, véhiculé des valeurs dont elle aura à nouveau besoin pour construire son avenir.

Au début du XXe siècle, les foules se rassemblaient pour découvrir les merveilleux fous volants sur leurs drôles de machines qui ont réalisé l'un des rêves les plus incroyables et les plus anciens de l’humanité : voler ! Grâce à la science, à la technologie, au génie et à l'audace de ces pionniers, les hommes se sont lancés à la conquête du ciel.
Les progrès réalisés battent tous les records historiques en termes de vitesse : seulement 60 ans séparent l'exploit de Louis Blériot sur la Manche et le premier vol du Concorde, celui du Boeing 747 et les premiers pas d'un homme sur la lune (1969) ! A peine née, l'aviation était donc synonyme de records : toujours plus vite, toujours plus haut, toujours plus loin. Il y a encore quelques semaines, le transport aérien devait croître de 5% par an, atteignant 8 milliards de passagers en 2037 et entraînant l'achat par les compagnies aériennes de plus de 40’000 avions.


Mais un virus a brutalement interrompu cet élan. Il est temps de se rappeler que le monde de l’aviation a été porté par des valeurs : le génie, le courage et l’audace. L'industrie aéronautique a absolument besoin de remettre au goût du jour ces valeurs.


Car nous avons tous besoin de l'aviation pour construire notre avenir. L'aviation a toujours repoussé ses limites et relevé des défis incroyables. Hier, la sécurité était l'un des principaux problèmes de l’aviation ; aujourd'hui, le transport aérien est devenu le mode de transport le plus sûr au monde. Aujourd’hui, on entend des voix incitant à avoir honte de voler. Ces voix sont trop simplistes et trop faciles. Qu’en disent les scientifiques ? Que le transport aérien n'est qu'un petit contributeur aux émissions polluantes avec un total général de 3% de dioxyde de carbone et de 14% de l'ensemble du secteur des transports. Malgré cela, l'industrie aéronautique s'est engagée à réduire ses émissions de CO2 de 75%, ainsi que celles de NOx et de bruit de 90% d'ici 2050. Les améliorations apportées aux moteurs ont déjà permis de réduire la consommation de 30% des avions commerciaux durant ces 30 dernières années. Et d'autres initiatives voient le jour : la propulsion électrique, solaire et hydrogène, les biocarburants, l'optimisation des routes aériennes, les matériaux composites ...


À tous ceux qui doutent d'un changement de paradigme, pensez-vous que les pionniers de l'aviation, il y a plus d'un siècle, avaient la moindre idée qu'il serait bientôt possible de traverser l'Atlantique en quelques heures ou de fouler le sol lunaire ? Il faut redécouvrir l'esprit de ces pionniers, croire au progrès. Cette crise inattendue donne au secteur l'opportunité de se projeter dans l'avenir, vers de nouveaux horizons générateurs de développement économique et d'emplois.


Ayons confiance en cet esprit qui a prévalu à la naissance de l'aviation et de son développement : que revive l'ère des succès, des exploits et des progrès inégalés dans l'histoire humaine ! Puisse l'esprit de ces pionniers renaître pour construire maintenant l'aviation de demain !


Philippe MEYER
philippe.meyer@premiairclassetv.com
www.youtube.com/premiairclassetv

Lien permanent Catégories : Air du temps 1 commentaire

Commentaires

  • Je reve de vols intra- et inter-États a bord de plus ou moins grands dirigeables filant silencieusement et électriquement a juste quatre ou cinq cent km/h et de vols au long cours a bord des avions-fusées d`Elon Musk qui filent comme l`éclair dans la stratosphere entre un décollage et un atterrissage vertical.

Les commentaires sont fermés.