La faune africaine menacée

La volonté politique de prendre des mesures pour protéger la biodiversité est indispensable. Trop d’espèces animales sont en danger d’extinction aujourd’hui. Mais attention à ne pas prendre des décisions politiques qui se retournent contre le but recherché. Les fausses bonnes idées sont légions dans ce domaine.

Prenons un exemple et partons en Afrique pour l’illustrer : avec la chute du nombre de touristes, les fonds pour assurer la protection de la faune sauvage ont baissé drastiquement. Les braconniers tirent parti de la réduction de la présence touristique ; c’est ce qui est arrivé avec un célèbre gorille à dos argenté ougandais. Il a été tué au début du mois de juin par des chasseurs de viande de brousse, en l’absence de touristes étrangers.

Le rôle que tiennent certains opérateurs de safaris dans la conservation de la biodiversité est primordial. La plupart des réserves naturelles et parcs nationaux se trouvent dans des zones rurales isolées et souvent très pauvres. Le tourisme, à travers les divers lodges et réserves privées, permet de soutenir l’économie locale en employant la population des villages alentours. Il favorise également des projets de conservation, de reforestation, de réhabilitation de la biodiversité, d’éducation aux générations futures et offre des sources de revenus vitales aux communautés locales.

Mais ces emplois sont aujourd’hui menacés et les employés locaux pourraient dès lors devenir complices de braconniers ou venir se servir en viande de brousse pour nourrir leur famille.
La préservation de la biodiversité et des espèces animales menacées de même que la prospérité de nombreux pays africains dépendent des visiteurs étrangers. Paradoxalement, ce sont ceux-là même qui se décrivent comme les apôtres de la protection de la nature qui proposent des projets politiques (taxes sur les billets d’avion, restrictions des vols) allant totalement à l’encontre du but recherché. Et dans le cas présent, c’est bien en encourageant les voyages et la découverte de cette fascinante faune africaine que l’on participera à sa protection.
Les animaux, comme nous, n’ont qu’une planète. Alors, pour contribuer à leur sauvegarde et à la lutte contre le braconnage, réservons des billets d’avion pour un voyage en Afrique !

Philippe MEYER
philippe.meyer@premiairclassetv.com
www.youtube.com/premiairclassetv

Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.