Pourquoi la croissance du fret aérien continuera après la pandémie

L'une des rares éclaircies dans le ciel du secteur aéronautique actuel vient du fret aérien. Alors que le trafic passagers a chuté et que plus de 40% de la flotte d’avions de ligne a été placée au parking longue durée pendant une grande partie de l'année dernière, la plupart des avions cargos sont restés en service avec des taux d'utilisation encore plus élevés que d’habitude, conséquence aussi de l’indisponibilité des soutes des vols de ligne. De plus, les changements structurels se produisant dans les chaînes d'approvisionnement mondiales pourraient accélérer sa croissance alors même que le trafic passagers reprendrait.Quels sont ces changements et quelles en sont les implications pour les acteurs de ce marché ? Le premier est la croissance spectaculaire du commerce en ligne. Lorsque les canaux de vente au détail traditionnels se sont contractés l'année dernière, les consommateurs se sont tournés vers les achats en ligne. La pandémie aurait ainsi généré une accélération de la transition vers le commerce électronique 5 fois plus rapide qu’en temps normaux. Les ventes du commerce électronique aux États-Unis ont augmenté de plus de 30% en 2020, atteignant près de 800 milliards de dollars. Même des pays comme l'Italie qui étaient relativement en retard dans ce domaine ont progressé de manière fulgurante. L'explosion du e-commerce entraîne un changement dans les modes de transport, favorisant le fret aérien. En effet, un détaillant peut commander plusieurs conteneurs maritimes de marchandises par an à une usine. Mais les nouveaux canaux de distribution créés par les géants du e-commerce changent la donne. Nous assistons maintenant à des expéditions de plus petites quantités et plus fréquentes des usines aux centres de distribution, qui, de là, sont expédiées aux consommateurs. Ces envois de taille modeste ne remplissant pas une palette entière sont acheminés par fret aérien. Même des changements minimes touchant au fret maritime peuvent avoir un impact très important sur le fret aérien. Prenons le commerce transpacifique, où le transport maritime gère 94% du fret en termes de poids, le fret aérien représentant les 6% restant. Un simple transfert de 1% du maritime à l’aérien signifie une croissance de 16% pour l’aérien. Nous pourrions ainsi voir le fret aérien croître de 2 à 3% au cours de ces prochaines années.

 

Les données 2020 montrent que l'activité de fret aérien a retrouvé ses niveaux d'avant COVID-19 au quatrième trimestre malgré une profonde récession économique mondiale. Avec moins de capacité disponible, les rendements ont augmenté : les rendements transpacifiques avant la pandémie étaient de 3 $ / kg ; aujourd'hui, ils se situent à 8 $ / kg. Les rendements chuteront lorsque la capacité des soutes des vols de ligne sera à nouveau disponible, une fois la crise du COVID-19 derrière nous. Mais dans l'ensemble, le fret aérien semble s’apprêter à vivre une période de croissance prometteuse. Quelles sont les implications de ces changements pour les acteurs en présence ?  Premièrement, ils renforcent les résultats financiers des exploitants de fret aérien. FedEx et UPS ont communiqué des augmentations trimestrielles de leurs revenus d’environ 20% chacun. Dans une perspective plus large, le fret représentait 12% des revenus de l'industrie aérienne en 2019. En 2020, il se montait à environ 30%. Deuxièmement, davantage de vols 100% cargos sillonneront le ciel. Cela est dû au fait que la capacité des soutes des vols commerciaux sera réduite en raison du retrait de service des avions très gros porteurs. Les gros-porteurs ne représenteront que 16% de la production d'avions de ligne après la crise, contre 24% auparavant. Troisièmement, la conversion d’avions passagers en cargo s’accentuera. La plupart des avions cargos actuellement en service sont des avions de ligne reconvertis, et il existe un stock suffisant d’avions à prix très abordables grâce à la crise due au COVID-19, poussant des milliers d'avions commerciaux à une retraite anticipée. Ainsi, en plein désastre dû au COVID-19, la belle éclaircie du fret aérien offre un espoir immédiat de reprise bienvenu à toute l'industrie aéronautique.

 

Philippe MEYER
philippe.meyer@premiairclassetv.com
www.youtube.com/premiairclassetv

Lien permanent Catégories : Air du temps 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.