Les voyages, tellement indispensables

Alors que la presse nous inonde quotidiennement d’articles, opinions et paroles « d’experts » sur la fin des voyages d’affaires, une étude internationale menée ce printemps par Wakefield Research, révèle que pour les collaborateurs des entreprises actives à l’international, les voyages sont considérés comme importants tant pour des raisons professionnelles que personnelles. En effet, 96% des personnes interrogées souhaitent voyager pour des raisons professionnelles au cours des 12 prochains mois. Il s’agit notamment de nouer des contacts personnels avec ses clients et ses collègues (54%), de prospecter de nouveaux marchés (52%) mais aussi de s’ouvrir l’esprit (41%).

Dans le même temps, quatre voyageurs d’affaires sur cinq craignent que leur vie professionnelle ne soit pénalisée s’ils ne voyagent pas cette année. Cette situation s’explique par des préoccupations personnelles liées au fait de ne plus être en mesure de nouer et d’entretenir des relations d’affaires (45%), d’une baisse de revenu (38%) et une impossibilité de pouvoir faire progresser sa carrière (33%).

Près d’une personne sur cinq craint même de perdre son emploi si elle ne peut plus voyager pour ses affaires. Par ailleurs, les personnes interrogées pensent qu’il leur serait également plus difficile de nouer de nouvelles relations d’affaires si les voyages ne reprenaient pas au niveau de 2019 (38%). De leur point de vue, cela entraînerait une diminution du nombre de nouvelles opportunités d’affaires (37%) et de renouvellements de contrats avec les clients existants (34%).

Par ailleurs, 89% des personnes interrogées déclarent qu’elles prévoient de combiner des vacances à leurs voyages d’affaires au cours des 12 prochains mois.

On le voit, les voyages non seulement ouvrent l’esprit mais offrent des opportunités d’affaires sans commune mesure avec toutes nouvelles technologies, aussi performantes soient-elles.

Car les voyages sont importants d’un point de vue culturel. Voyager est un facteur d’éducation depuis l’Antiquité. C’est aussi un facteur de paix : plus on se rencontre, moins on se fait la guerre. C’est enfin un facteur de démocratie : les dictatures interdisent toujours à leurs citoyens de voyager, (la Biélorussie en offre un parfait exemple d’actualité).

Aujourd’hui, en Europe, certains abusent d’un sentiment de culpabilité. Nous sommes tous ignobles, tous fautifs et tous massacreurs de la planète. En prônant la réduction des voyages et en voulant instaurer une taxe sur les billets d’avion, les Européens se sentiraient ainsi moins coupables. En réalité, si ce scénario se réalise, lorsque tout le reste de notre planète aura repris ses activités, l’Europe réalisera alors qu’elle a entamé l’amorce de son déclin.

Voyageons !

Philippe MEYER
philippe.meyer@premiairclassetv.com
www.youtube.com/premiairclassetv

Lien permanent Catégories : Air du temps 8 commentaires

Commentaires

  • "Voyager est un facteur d’éducation depuis l’Antiquité."
    Et ce n'est pas la même chose que de regarder un documentaire à la télévision, fusse-t-il bien fait.

  • Prix d'un Genève-Pékin-Shanghai et retour en 2019 ( Economy Class)
    - Base Fare: 52.00 CHF
    - Fuel Surcharges: 470.00 CHF
    - Airport Passenger Security & Noise Charge: 26.70 CHF
    - China airport construction fee: 26.40 CHF
    - Total: 575.10 CHF
    Aucune raison de se plaindre des taxes, puisque le total correspond approximativement à la moitié du prix du même voyage il y a 20 ans.

  • Merci de bien vouloir citer vos sources. Avec détails du voyage: ce genre de tarif s'applique souvent à des itinéraires impliquant 36 heures d'escale ou autres désagréments le rendant invendable.

  • CA862 / GVA-PEK -> CA155 / PEK-PVG / 07.09.2019
    durée de vol: 12 h. 25 + 2 h. 30 escale PEK
    CA1836 / PVG-PEK -> CA861 / PEK-GVA / 06.12.2019
    durée de vol: 13 h. 45 + 2 h. 30 escale PEK

  • On peut malheureusement faire dire ce que l'on veut aux chiffres du passé.
    Voici l'offre concrète que vous trouver aujourd'hui aux mêmes dates pour 2021:
    Aller • mar. 7. sept.
    18h 45min
    SAS
    SAS 1610 · Exploité par CityJet
    11:05
    Genève-Cointrin (GVA)
    2h 00min
    13:05
    Copenhague Kastrup (CPH)
    Économique
    Canadair (Bombardier) Regional Jet 900
    6h 30min
    Changement d'avion à Copenhague (CPH)
    SAS
    SAS 997
    19:35
    Copenhague Kastrup (CPH)
    10h 15min
    Vol de nuit
    11:50
    Shanghai - Pu Dong (PVG)
    Arrivée le mer. 8. sept.
    Économique
    Airbus A350-900
    Retour • lun. 6. déc.
    27h 45min
    SAS
    SAS 998
    13:35
    Shanghai - Pu Dong (PVG)
    11h 45min
    18:20
    Copenhague Kastrup (CPH)
    Économique
    Airbus A350-900
    14h 00min
    Changement d'avion à Copenhague (CPH)
    SAS
    SAS 613 · Exploité par CityJet
    8:20
    Copenhague Kastrup (CPH)
    Départ : mar. 7. déc.
    2h 00min
    10:20
    Genève-Cointrin (GVA)
    Économique
    Canadair (Bombardier) Regional Jet 900
    Options de réservation
    Prestations Économique
    CHF 1 836

  • Je ne torture pas les chiffres, je donne la parole à ceux de la confirmation de vol Air China du 16.08.2019 pour ma femme et moi. Je garde la femme, mais la confirmation est à votre disposition.
    J'effectue ce voyage chaque année depuis 2012, sauf en 2020 pour les raisons que vous devinez (et bien que l'ambassade de Chine m'ait fait cadeau d'un bonus de visa pour cette année-là).
    Le vol PEK-GVA au-dessus de la Russie est très calme en toute saison, alors que je l'ai connu plus agité en passant par le sud du continent.
    À part ça, le tarif Aeroflot pour le même trajet était encore plus bas en août 2019.

  • Vous devriez ouvrir une agence de voyage! Mais vous voyez que les tarifs ont bien augmenté cette année et que ce n'est vraiment pas le bon moment d'introduire une taxe, en pleine crise économique et avec des compagnies aériennes à l'agonie. Par contre, la stratégie de Genève Aéroport est bonne: inciter les compagnies aériennes à utiliser leurs avions les plus modernes. L'avenir n'est pas de réserver les voyages à quelques rares privilégiés fortunés.

  • Le seul bémol dans cette stratégie, c'est que les avions retenus sont moins confortables que leurs prédécesseurs (du moins pour ma taille). En particulier l'A330-200, que l'on retrouve sur de nombreuses lignes. La business class devient passage obligé.

Les commentaires sont fermés.