Taxe kérosène : la fausse bonne idée de l’UE

Le 14 juillet, dans le cadre de son « Green deal », la commission Européenne a proposé d’instaurer une taxe sur le kérosène sur les vols intra-européens, dont l’application serait étagée sur 10 ans, pour finalement atteindre le niveau de la taxe sur le carburant routier, soit environ 0,50€/l. 

A première vue, l'idée semble intéressante, mais en réalité son application concrète entraînerait non seulement des conséquences contre-productives, mais également antisociales et même à l’encontre de l’esprit européen.

Ainsi, la taxe sur le carburant routier, (citée en exemple pour une application identique sur le kérozène), n’est pas une taxe CO2. C’est une taxe sur l’énergie qui sert principalement à financer les infrastructures routières, (rappel : l’aviation finance déjà ses infrastructures via de nombreuses redevances). Pourquoi l’aviation devrait payer davantage de taxes et à des montants plus élevés que les autres secteurs ?

Car cette mesure aura un impact sur l’emploi. -4,32% dans l’UE d’ici 2035 selon les estimations de la commission.

De plus, les ressources de cette taxe alimenteront un budget général qui fluctue au gré des décisions politiques, ne garantissant aucunement qu’il servira à décarboner l’aviation.

Ajoutons que la taxe ne s’appliquant qu’aux vols intra-UE, elle va créer une distorsion de concurrence entre les compagnies basées en UE et les autres, à fortiori celles qui opèrent presqu’exclusivement sur le marché interne à l’UE.

Pire que tout, cette mesure rendrait le voyage aérien intra-UE encore moins accessible. Or l’avion est le moyen de transport le plus pertinent à l’échelle de l’Europe. Cela semble aller à l’encontre même des valeurs de l’UE, basée sur l’ouverture des frontières et la libre circulation.

Cela fait plus de 20 ans que l’Europe n’arrive pas à s’unir afin d’offrir des conditions cadres optimales pour le transport aérien. Et comme seule avancée, au timing post-COVID particulièrement mal venu, elle propose une mesure qu’elle considère elle-même défavorable à l’économie et à l’emploi…


Décidément l’UE nous fait de moins en moins rêver…

Philippe MEYER
philippe.meyer@premiairclassetv.com
www.youtube.com/premiairclassetv

Lien permanent Catégories : Air du temps 3 commentaires

Commentaires

  • Sur le blog de David Frenkel, il est expliqué que le numérique cause 1,5 fois plus de CO2 que l'aviation, je ne savais pas que mon ordi fonctionnait au kérosène

  • Cela démontre l'irrationnel de l'inconscient collectif: certains secteurs moins polluants font figures de boucs émissaires, d'autres, au contraire, sont intouchables. Au lieu de réagir purement à l'émotionnel, analysons les faits.

  • L'UE en est encore à l'ère Trump: il n'y a pas de faits.

Les commentaires sont fermés.